14. La vénération des icônes et de la Sainte Croix

   
La vénération des icônes et de la Sainte Croix
En dehors des Saintes Reliques, le chrétien doit vénérer aussi les saintes icônes, qui sont des représentations de Dieu en Trois Personnes, du Sauveur Jésus Christ, des anges ou des saints.
La vénération des icônes ne contredit pas le deuxième commandement du décalogue (voir Exode, 20,4), car l’icône n’est pas un visage sculpté, une idole sans existence réelle. L’icône représente une personne sainte qui à existé (ou qui existe) en réalité. Nous ne nous prosternons pas devant la matière qui est à la base de l’icône, mais devant la personne représenté sur l’icône.
La présence des icônes dans les maisons maintient une liaison vivante entre les chrétiens et les saints, les premiers ayant dans leurs âme le model de vie donné par les saints représentés sur les icônes. Pour cette raison à été dit que les icônes ont été la Bible des personnes sans études, dans le temps.
L’église orthodoxe n’accepte pas dans le culte des icônes sculptés, ni les statues.
Le septième Concile œcuménique (787) à imposé la vénération des icônes.
 
La Sainte Croix
La sainte croix est aussi un objet digne de vénération, comme les saintes reliques ou les icônes. Dans le sens spirituel, par la croix on peut comprendre toutes les souffrances et les difficultés qu’on doit supporter pendant notre vie. Dans l’antiquité, la croix était un objet de honte et un instrument de torture, car les malfaiteurs étaient crucifiés sur elle. La croix à été élevé au rang de moyen qui nous permet l’obtention du salut, par le sacrifice du Sauveur. Sur la croix le Sauveur s’est sacrifié pour racheter l’humanité. Par la croix la paix à été rétablie entre Dieu et l’homme. (Ephésiens, 2, 16). La croix est le signe de la victoire du Christ sur la mort et le signe du Fils de l’Homme, qui se montrera sur le ciel à la parousie (la deuxième arrivée du Christ) (Mathieu, 24,30).
La sainte croix à été vénéré partout et toujours, des la période des apôtres. La vénération de la Croix n’est pas idolâtrie, car partout sur la croix on peut voir le Christ crucifié ; la croix n’est pas un objet de tristesse, même si elle nous rappelle la mort du Seigneur, mais elle est le signe de la joie, car par elle le salut du monde à été obtenu.
Le même Concile Œcuménique à confirmé la vénération de la Sainte Croix.